Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Pancarte C Bouquet
Pancarte C Bouquet

En condamnant l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire à vingt ans de prison le 9 mars 2015, le tribunal d’Assises d’Abidjan a rendu un verdict paradoxal. En effet, si la peine n’a pas semblé trop lourde aux familles des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, elle est apparue démesurée aux yeux des pro-Gbagbo. Elle était surtout disproportionnée par rapport à la réquisition de l’avocat général (qui avait réclamé dix ans) et plus encore par rapport au procès, au cours duquel les charges et les témoignages étaient si minces que de nombreux observateurs entrevoyaient une relaxe générale.

En fait, ce procès a reposé sur plusieurs malentendus. D’abord – et l’opinion publique l’a compris très tard –, il ne portait que sur les accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et non pas sur les crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide. Ces chefs d’inculpation demeuraient apparemment du ressort de la Cour pénale internationale, sauf si la justice ivoirienne pouvait démontrer qu’elle était en capacité d’en juger elle-même. Or, à l’évidence, la justice ivoirienne a plutôt montré dans ce premier procès son manque de professionnalisme. Le tribunal avait déjà reporté de deux mois les audiences faute de bien maîtriser le processus de désignation des jurés. Puis la partie civile, uniquement représentée par l’avocat du gouvernement, n’a pas été en mesure de produire des preuves tangibles et encore moins des témoins fiables, laissant ainsi accréditer l’idée que tous les prévenus étaient quasiment innocents. De son côté, la défense a joué sur du velours en « rappelant » que le chef de l’Etat de l’époque était, selon la Cour constitutionnelle, Laurent Gbagbo et non pas Alassane Ouattara.

Parallèlement à ce procès hautement médiatisé, d’autres se sont tenus et ont donné la même image d’amateurisme : c’est ainsi qu’on a libéré en octobre 2014 deux responsables des déchets toxiques pourtant condamnés à vingt ans de prison, de même qu’on a reporté en mars 2015 le procès de militaires au motif (justifié) que les jurés étaient moins gradés que les prévenus coupables, et on a également acquitté, faute de preuves, en mars 2015 les auteurs présumés du bombardement du marché d’Abobo commis pendant la crise postélectorale. La presse bleue (pro-Gbagbo) en a aisément tiré profit en écrivant que la procureure de la CPI voyait du même coup s’effondrer ses charges contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, actuellement détenus à La Haye.

En réalité, la justice ivoirienne est encore sinistrée. Elle sort de quinze années d’inactivité, ce qui a rouillé ses vieux cadres tandis que la jeune génération, formée sur place au fil d’années universitaires chaotiques, manque d’expérience autant que de savoir-faire. Quant aux témoins, ils ont perdu la mémoire à la barre en comprenant qu’ils ne bénéficieraient d’aucune protection. Le souvenir des Escadrons de la Mort, imputés précisément à Simone Gbagbo, n’est pas si lointain… La gravité de ces dysfonctionnements a d’ailleurs conduit le Parquet lui-même à se pourvoir en cassation dès le lendemain du verdict concernant Simone Gbagbo et ses 81 co-accusés. C’est dire à quel point l’institution doute d’elle-même.

Un autre malentendu porte sur le concept de réconciliation nationale. Dès 2011 avait été mise en place, sous la présidence de Charles Konan Banny, une Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation. A l’évidence, celle-ci a échoué, essentiellement parce que le volet « justice » n’était pas inscrit dans sa feuille de route. Mais pas seulement. Les acteurs politiques, notamment ceux de l’opposition, se sont acharnés à faire accréditer une autre définition de la réconciliation, selon laquelle l’objectif serait de réconcilier les 46 % qui avaient voté Gbagbo avec les 54 % qui avaient voté Ouattara. De telle sorte que tout acte politique est jugé au prisme de cette vision pour le moins discutable de la démocratie.

Or, après les tragiques événements qui ont marqué la crise postélectorale, et par égard aux familles des 3 000 victimes (chiffres officiels), la réconciliation relève clairement d’une autre dimension, qui n’a malheureusement pas réussi à prévaloir dans les discours des uns et des autres. Dans ce contexte, le procès de Simone Gbagbo et de ses coaccusés est naturellement apparu comme un « procès politique ». D’ailleurs, la ligne de défense des avocats de l’ex-Première dame n’a pas bougé : pour eux, c’est bien Gbagbo qui a gagné les élections de 2010. En conséquence, le régime actuel de Côte d’Ivoire est illégitime pour juger des atteintes à la sécurité de l’Etat1.

A cette occasion, l’idée selon laquelle toute décision de justice est dictée par l’exécutif a connu quelques illustrations paradoxales, puisque Affi N’Guessan (Front Populaire Ivoirien) comme Konan Banny (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, dissident) ont regretté que ce verdict « n’aille pas dans le sens de la réconciliation nationale », confondant ainsi application de la loi et calculs politiciens. Curieuse posture que celle qui consiste à la fois à stigmatiser l’influence de l’exécutif sur le judiciaire et à souhaiter néanmoins qu’il intervienne « dans le bon sens ».

Heureusement, la victoire de l’équipe nationale de football à la Coupe d’Afrique a créé, l’espace de quelques semaines, une sorte d’état de grâce et d’espoir pour le « vivre ensemble ». Reprise à l’envi par tous les médias et de nombreux supports publicitaires, cette performance a également été récupérée par le pouvoir puisque le Président lui-même, habituellement plutôt sobre dans ses sorties publiques, a sillonné la ville dans la nuit qui a suivi la finale pour célébrer l’unité nationale « retrouvée ». Depuis, la coupe circule dans tout le pays pour être présentée à la foule dans chaque grande ville.

La Côte d’Ivoire n’est donc pas encore tout à fait apaisée. Quelques vieux démons s’y agitent toujours et contribuent à appeler l’attention de l’opinion publique, notamment internationale, sur ses dysfonctionnements. Il va falloir donner du temps au temps.

 Christian BOUQUET

20/03/2015

  1. Cette stratégie trouvera ses limites quand il s’agira de demander, le cas échéant, la grâce du Chef de l’Etat… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *