Traduire Mofolo

tombe Mofolo
tombe Mofolo

La tombe de Thomas Mofolo (1876-1948) est située à Teyateyaneng, une ville près du pont de Peka, poste frontière très fréquenté par les travailleurs migrants du Lesotho. Sa famille y gère un supermarché. Mofolo repose derrière le supermarché, au milieu des détritus. L’auteur du roman Chaka (Galimard, 1939, 1982), célébré encore il y a peu dans son discours de Nobel par Le Clézio, n’est pas vraiment reconnu chez lui : mais comment « reconnaître » un écrivain ? Il y a bien un prix Mofolo…

Antjie Krog est née non loin de là, à Kroonstadt, en 1952. En 1972, elle a publié son premier volume de poèmes en afrikaans. Georges Lory en a donné un recueil en français, traduit directement de l’afrikaans. Entre 1996 et 1998, elle a couvert, en tant que journaliste de radio, les auditions de la commission « Vérité et Réconciliation ». Elle en a tiré un livre bouleversant en 1998, Country of my skull, devenu un best-seller international (en français : La douleur des mots, 2004) et un film. Elle continue à écrire des poèmes; elle a traduit Mandela en afrikaans, a réfléchi sur ce que c’était que traduire en  » africain » (afrikaans) la prose et la pensée de ce grand Africain. Son travail de poète est aujourd’hui tout entier tourné vers la question de la traduction, qui est pour elle un geste politique dans la situation sud- africaine (et je dirai africaine).

supermarché Roma
supermarché Roma

Elle a organisé un colloque sur Mofolo, à Roma, siège de l’université du Lesotho, début mars. Nous avons voyagé ensemble. A l’aéroport de Bloemfontein, elle a soudain réalisé, au moment de réserver une voiture de location, qu’elle avait oublié son passeport au Cap. Une Sud-africaine a besoin d’un passeport pour le Lesotho. Elle a dit: « J’ai toujours pensé que cela devait être un seul pays »… Rien d’impérialiste dans ce propos: les Boers ont jadis pris aux Basotho les meilleures terres et, juste retour des choses, le pays du roi des Sotho pourrait bien aller jusqu’à Bloemfontein… Aujourd’hui, le Lesotho a toujours un roi, de l’eau qu’il vend aux mines du Rand et beaucoup de cash (300 millions d’euros) la suppression de la frontière n’est plus à l’ordre du jour. Le roi et ses ministres font leurs petites affaires.

A chacun de mes voyages au Lesotho il a été question de violence : contre les commerçants chinois, entre des régiments dissidents de l’armée et, il y a quinze jours, entre les deux partis, concurrents électoraux. J’ai beaucoup de mal à saisir leurs différences. Peu de changements malgré la pluie de cash!

Antjie Krog réfléchit à la meilleure façon de comprendre Mofolo; elle pense que nous devons le retraduire en afrikaans (la seule traduction date de 1974) mais aussi dans les autres langues du pays : en zulu par exemple.

Le héros de Mofolo est le Napoléon zulu (1784-1928). Son histoire nourrit le nationalisme zulu et alimente le culte du chef. Mofolo, qui n’est pas zulu, nous propose une interrogation sur les racines du pouvoir, sur la violence, et, dans ses deux autres romans, sur la place du christianisme.

Les traductions ont enfermé Mofolo dans le petit Lesotho. Mais Mofolo voyait large: il voyait l’Afrique australe et s’interrogeait sur son avenir. A. Krog se pose les mêmes questions. Un des jeunes participants au colloque nous a fait un vibrant éloge de Chaka pour redresser ce qu’il considérait être les « erreurs » de Mofolo, fort critique à l’endroit de son héros. Un professeur de philosophie, en fauteuil roulant, a lancé à l’orateur  : si Chaka vivait encore nous serions tous zulu…Il ne paraissait pas se féliciter de cette possibilité. Ma voisine, une belle Mosotho en robe orange, professeur d’anglais, m’a gentiment tapoté l’épaule et a ajouté, en souriant : « Et toi aussi »…

Il faut que les langues de l’Afrique du sud dialoguent entre elles: l’esprit de l’apartheid avec ses séparations étanches entre les langues n’a aucun sens : on le comprend avec Mofolo, qui pourrait dialoguer avec les autres écrivains noirs, dont certains écrivaient en anglais : par exemple Sol Plaatje, premier secrétaire général de l’ANC, fondée à Bloemfontein, en 1912, dans une église méthodiste que j’ai visitée. Les belles terres du Lesotho, les diamants de l’Orange, étaient au cœur du monde raciste qui se construisait : la loi foncière date de 1913.

La traduction est un geste d’hospitalité: nous accueillons l’autre que nous invitons, parce que nous avons envie de le connaître. Ces idées empruntées à Paul Ricœur me sont chères et je les ai développées dans mon livre Le Sable de Babel ( 2011). La traduction est le contraire de la séparation, de l’apartheid ; elle fait bouger les lignes entre communautés ethno-religieuses, entre langues. Antjie est une femme énergique et un poète de talent. Elle a réfléchi sur la traduction dans A Change of Tongues (2003) ; dans Begging to be Black (2009), elle a commenté « l’excursion missionnaire » de Thomas Arbousset, cette longue conversation à cheval entre un jeune Français et le roi des Basotho en 1840. Elle a célébré en ce roi, Moshoeshoe, l’homme du dialogue. Avec Chaka, l’homme de la violence se réveille sans arrêt, mais Mofolo, je le crois, avait su trouver la juste distance.

Alain Ricard, 12 mars 2015, Roma, Lesotho

Antjie Krog, La douleur des mots, Actes Sud, 2004 (traduit de l’anglais par Georges Lory).

Antjie Krog, Ni pillard, ni fuyard : poèmes (1969-2003), Le Temps qu’il fait, 2004 (traduit de l’afrikaans par Georges Lory).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *