Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée.

 Il y a d’abord à régler le problème sécuritaire, qui avait déjà été mis en avant pour retarder l’élection de 2010, au point que l’APO (Accord politique de Ouagadougou, mars 2007) avait admis l’intégration d’une dizaine de milliers d’ex-rebelles dans l’armée nationale afin de « canaliser » ces ex-combattants armés. Depuis, le programme DDR (Désarmement-Démobilisation-Réinsertion) affiche une réussite encourageante puisque 44 000 des 74 000 jeunes gens des deux camps ont été effectivement régularisés fin 2014. Mais il en reste encore 30 000, et ceux qui relevaient de l’APO ont rappelé l’attention sur eux à la mi-novembre 2014 en occupant plusieurs villes du pays pour protester contre leurs arriérés de soldes. Cette agitation militaire, qui rappelait les journées précédant le coup d’Etat de décembre 1999, n’a guère rassuré les populations.

 Et la réconciliation nationale ? Confiée à un cacique du PDCI (Charles Konan Banny), la CDVR (Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation) n’a pas atteint tous ses objectifs. Notamment parce que la justice nationale ne s’est intéressée qu’aux partisans de l’ancien chef de l’Etat, et que la justice internationale (CPI) n’a convoqué que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé (ex-leader des Jeunes patriotes pro-Gbagbo). Les partisans d’Alassane Ouattara, notamment les ex-Com-Zones (Commandants de Zones) qui s’étaient comportés en seigneurs de guerre pendant la partition du pays (2002-2007) bénéficient donc d’une impunité qui amène l’opinion à parler – non sans raison – de « justice des vainqueurs ». Nul doute que cette thématique ressortira pendant la campagne électorale.

 Autre problème : la préparation de l’élection présidentielle relève presque entièrement de la CEI (Commission électorale indépendante). Après de nombreuses polémiques, la loi du 5 juin 2014 réformant la Commission a dû été modifiée le 17 octobre 2014 pour permettre à l’opposition de peser plus lourd à l’intérieur d’un bureau de 9 membre (au lieu de 6), dans une CEI composée au total de 17 commissaires. Si l’opposition a accepté d’y revenir, les esprits ne sont pas encore totalement apaisés, notamment parce que le président Youssouf Bakayoko (qui avait proclamé Ouattara vainqueur en 2010) a été reconduit à son poste alors que le parti de l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo continue à contester ces résultats.

 C’est pourtant la CEI qui va devoir mettre à jour la liste électorale. Celle qui avait été laborieusement et chèrement (60 $ par électeur) établie pour l’élection de 2010 était notoirement trop courte puisqu’elle ne comptait que 5,725 millions d’électeurs, alors qu’on en attendait 7,5 millions. Selon le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 2014), la Côte d’Ivoire compterait aujourd’hui entre 22 et 24 millions d’habitants, dont 25 % d’étrangers et 50 % de « plus de 18 ans ». Les électeurs potentiels devraient donc être 8,620 millions. A condition, d’une part, qu’ils fassent l’effort d’aller se faire immatriculer et, d’autre part, que le FPI – qui avait lancé un mot d’ordre de boycott du RGPH – ne conteste pas trop violemment ses résultats, au motif qu’il vise à fournir du « bétail électoral » au RDR, le parti au pouvoir du président Ouattara…

 La dernière incertitude vient justement de la participation ou non du FPI à la présidentielle de 2015, c’est-à-dire de l’inclusivité. En conditionnant sa participation aux élections intermédiaires à la libération de Gbagbo, et donc en les boycottant, son parti s’est privé de plusieurs dizaines de députés et de maires qui auraient pu peser bien plus efficacement sur la vie politique nationale. Son dirigeant actuel, Pascal Affi N’Guessan, semble l’avoir enfin compris mais va-t-il oser commettre un parricide en se présentant à la place du leader historique ?

 Du côté de la majorité présidentielle, beaucoup croient voir un « boulevard » s’ouvrir devant Alassane Ouattara, surtout depuis que Konan Bédié a lancé son « Appel de Daoukro » (17 septembre 2014) au cours duquel il a invité tous ses militants du PDCI à voter pour son allié en 2015. Il reste à savoir à quel point les électeurs ivoiriens demeurent des « suivistes ». Lors des élections intermédiaires, plus de 30 % des candidats étaient des dissidents ayant bravé les consignes des partis, et ils ont regroupé sur leurs noms plus d’un tiers des suffrages.

 Il subsiste donc encore beaucoup d’incertitudes…

 24/11/2014

Christian BOUQUET

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *