Au Maroc, boire ou conduire…

Les accidents de la route constituent une des causes importantes de mortalité et de morbidité dans les pays du Sud parmi la population adulte. Les pays à revenu intermédiaire en particulier enregistrent chaque année le taux de mortalité par accidents de la route le plus élevé au monde, soit 20,1 pour 100 000 habitants, comparé à 8,7 dans les pays à revenu élevé. La conduite en état d’ébriété constitue une des principales causes d’accidents (avec les excès de vitesse, le non port du casque pour les motocyclistes, le non port de la ceinture de sécurité, et la non utilisation de dispositifs de sécurité pour les enfants). En 2010 l’Organisation mondiale de la santé adopte la Décennie d’action pour la sécurité routière, et entre 2008 et 2011, 35 pays ont adopté des lois pour lutter contre au moins un des cinq principaux facteurs de risque ; mais seuls 28 pays où habitent 7% de la population mondiale disposent d’une législation de sécurité routière complète couvrant ces cinq principaux facteurs de risque d’accident1. Le Maroc, fait partie de ces pays.

Le Maroc, classé parmi les pays à revenu intermédiaire, est confronté à une mortalité très importante par accident de la route : plus de 4000 morts et environ 12 000 blessés graves chaque année. En 2010, le Maroc décide de modifier un code de la route datant de 1953, en promulguant un nouveau code de la route qui introduit notamment le délit de conduite en état d’ébriété2. Dès lors, les alcootests vont faire leur apparition sur les routes. Mais le Maroc est un pays où l’islam est religion d’Etat et où il est interdit aux musulmans de boire de l’alcool.

Tous les étrangers non musulmans qui se sont rendus au Maroc savent qu’il n’est pas toujours possible de trouver de l’alcool à acheter, y compris dans les grandes surfaces ; à cet égard une des principales enseignes de la grande distribution liée à la holding Siger (anagramme de Regis), également qualifiée de « holding royale », a cessé de vendre de l’alcool dans ses magasins depuis peu. Seuls certains restaurants qui recrutent leur clientèle notamment parmi les étrangers servent de l’alcool à table, parfois d’ailleurs en refusant de servir en vin l’alter ego marocain qui se trouve à la table du client étranger consommateur d’alcool. Et bien évidemment, durant les périodes de ramadan, les restrictions d’accès à l’alcool sont encore plus importantes. Il n’empêche que le Maroc est un pays producteur de vin et que Marocains comme non Marocains parviennent à se procurer assez facilement de l’alcool.

Introduire le délit de conduite en ébriété dans le nouveau code de la route et autoriser l’utilisation de l’alcootest comme mesure de prévention des accidents de la route équivaut néanmoins officiellement à reconnaître la consommation de l’alcool dans un pays musulman. On sait que, dans la plupart des pays où ce facteur de risque d’accident est prévu, un seuil de tolérance de consommation d’alcool est fixé par la loi (0,5 gr./litre de sang en France et dans un grand nombre de pays européens). Or, parmi les multiples questions qui se sont posé au Législateur marocain, il y eut celle de savoir s’il convenait ou non de fixer un seuil : fixer officiellement un seuil de tolérance, aussi bas soit-il, c’était par là-même reconnaître que les Marocains pouvaient boire. Pour être conforme à une bonne pratique musulmane attendue au Maroc, ne fallait-il pas refuser toute tolérance et envisager de condamner et sanctionner la plus petite preuve de consommation d’alcool révélée par l’alcootest, soit envisager une tolérance 0, et donc ne pas fixer de seuil. Néanmoins, il semblerait que certains médicaments contiennent un peu d’alcool et/ou, même sans contenir de l’alcool, sont susceptibles de faire réagir positivement un alcootest dans des proportions minimes. Et il faut sans doute compter avec l’enjeu économique représenté par la vente d’alcool au Maroc : 400 millions d’euros de chiffres d’affaires qui rapporteraient 100 millions d’euros de taxe à l’Etat marocain3. Par ailleurs, d’aucuns avancent que l’Islam n’interdit pas en soi l’alcool mais le risque d’ébriété, et pour prévenir ce risque, mieux vaut ne pas consommer du tout d’alcool. Finalement, le seuil a été fixé à 0, 2 gr. contre 0,5 dans la plupart des pays. Mais c’était encore là, pour les plus radicaux, illustratif d’une tolérance de l’Etat marocain face à la consommation d’alcool qui devrait être totalement interdite. Dès lors, fort logiquement, les plus opposés à la possibilité légale d’utilisation d’un alcootest par les forces de l’ordre furent les partis islamistes. Signe sans doute de ces hésitations : alors que le nouveau code de la route a été promulgué en 2010, ce n’est qu’en septembre 2014 que le ministre des Transports a officiellement lancé l’utilisation de l’alcootest par les forces de l’ordre chargées de la sécurité routière.

La réglementation et l’islamisme ne font donc pas toujours bon ménage, y compris lorsqu’il convient d’adopter des mesures pragmatiques face à une réalité, et pour limiter la mortalité, alors même que la consommation d’alcool est une réalité connue de tous au Maroc. Néanmoins, il y a fort à parier qu’aucun policier ou gendarme marocain ne s’aventurera à obliger à souffler dans un alcootest un conducteur imprudent et qui présenterait toutes les apparences d’un homme de religion. Verra-t-on un jour la publication de statistiques officielles se rapportant à la sécurité routière par cause d’accidents de la route au Maroc ?

M.E. Gruénais

  1. OMS, Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde 2013. Soutenir une décennie d’action [http://apps.who.int/violence_injury_prevention/road_safety_status/2013/report/summary_fr.pdf] []
  2. M. Mouaqit « Le Nouveau code de la route » L’Année marocaine 2010-2011 [http://www.cjb.ma/289-les-collections-du-cjb/9-lannee-marocaine/le-nouveau-code-de-la-route-870.html]. []
  3. « Les alcootests font leur apparition au Maroc », 9/09/2014 [http://www.levif.be/actualite/international/les-alcootests-font-leur-apparition-au-maroc/article-normal-260767.html] []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *